Qu'est-ce que l'effet de serre ?
 
Avec les activités humaines, le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère a augmenté de 30 % au cours des deux derniers siècles. En France, entre 70 % et 90 % des émissions de CO2 proviendraient de la combustion des combustibles fossiles et environ 10 % seraient liées à l'agriculture et la déforestation. Toutefois le CO2 est un gaz faiblement acide qui a tendance à disparaître naturellement de l’atmosphère. Sa durée de vie est tout de même d’une centaine d’années. Le méthane (CH4) est présent dans l’atmosphère en très faible quantité. Jusqu’en 1850, sa concentration était de 0,8 ppmv (partie par millions en volume) et n’avait guère évolué depuis 400 000 ans. Cependant, son rôle ne doit pas être négligé car sa capacité d’absorption du rayonnement infrarouge est de 20 à 50 fois supérieure à celle du CO2. Par ailleurs, depuis l’ère industrielle, sa concentration atmosphérique ne cesse d’augmenter : 1 ppmv en 1900, 1,1 ppmv en 1950 et 1,8 ppmv aujourd’hui. Cette augmentation a de multiples origines, essentiellement liées aux activités humaines. Le méthane est un gaz produit lors de la fermentation anaérobie (en absence d’oxygène). Cette réaction a lieu : - dans les rizières (175 à 350 Mt.an-1) et les terrains humides (150 à 300 Mt.an-1) : les microorganismes des sols détrempés ou associés aux racines dans les rizières dégagent du CH4 lors de leurs activités métaboliques ; - dans la panse des ruminants (75 à 150 Mt.an-1) : le système digestif des ruminants (vaches, moutons, etc.) possède un premier compartiment, la panse ou rumen, où se déroule la digestion microbienne du fourrage. Du CH4 est alors produit et éructé par les ruminants. Les activités agricoles sont ainsi, en France, à l’origine de 57 % des rejets de CH4 atmosphérique. L’augmentation de ce type d’activité, liée à l’augmentation de la population mondiale, entraîne une augmentation de la concentration en méthane. Par ailleurs, l’utilisation de combustibles fossiles et les décharges contribuent également à cette augmentation. Chaque année, la concentration en CH4 augmente de 0,5 %. Un bon point cependant, le méthane est facilement oxydable : sa durée de vie dans l’atmosphère est de 12 ans seulement. Les activités agricoles, notamment l’utilisation d’engrais azotés, sont également à l’origine d’une augmentation de la concentration en protoxyde d’azote (N2O). Le N2O est naturellement présent dans l’atmosphère en quantité infime mais sa concentration a augmenté de 15 % depuis l’ère industrielle. Et surtout, sa capacité d’absorption du rayonnement infrarouge est 310 fois celle du CO2. De plus sa durée de vie dans l’atmosphère est relativement longue (120 ans). Les chlorofluorocarbures (CFC) sont des gaz de synthèse récemment apparus dans l’atmosphère. Ils sont interdits depuis 1990. Ils étaient utilisés dans les aérosols (mousse à raser, déodorisant, etc.) comme gaz réfrigérant ou propulseur. L’augmentation de leur concentration au cours du siècle dernier fut de 4 %. Leur pouvoir d’absorption du rayonnement infrarouge étant considérable (16 000 fois plus important que celui du CO2 !), les CFC ont fortement contribué à l’intensification de l’effet de serre. L’ajout de cet effet de serre « anthropique » à l’effet de serre naturel a des conséquences directes sur la température et le climat terrestres. C’est pourquoi, au cours du 2e Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en juin 1992, la communauté internationale a donné le coup d’envoi d’un programme visant à lutter contre le réchauffement climatique.

Partager




Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  54694 visiteurs (117198 hits) sont venus sur http://stoppollutions.fr.gd/ Copyright © 2007-2010 http://stopppollutions.fr.gd/ by Alice Stenhouse.  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=




Partenaire


Partager cette page :